CENTRE DE RECHERCHE ASTROPHYSIQUE DE LYON
OBSERVATOIRE DE LYON

Partenaires

CNRS
UCBL
ENS Lyon


Rechercher             aide

Sur ce site


Accueil du site > Grand public > Tout public > Actualités Scientifiques > L’élargissement de l’Observatoire de Lyon

L’élargissement de l’Observatoire de Lyon

par Blandin Elodie - 29 janvier 2013

L’observatoire de Lyon s’agrandit !

Les Observatoires des Sciences de l’Univers (OSUs) sont des Ecoles internes des universités dont les missions sont précisées par le décret du 27 juin 1985.

A la recherche, et à la formation initiale et continue s’ajoutent des missions spécifiques : les « services d’observation » et la diffusion de la culture scientifique et technique.

Les « services d’observation » sont des missions de longue durée pour le développement de grosse instrumentation, les grands relevés et la surveillance des phénomènes astrophysiques, géophysiques, atmosphériques et océanographiques, et l’archivage de ces données sur de longues périodes.

L’Institut National des Sciences de l’Univers du CNRS coordonne ces services au niveau national, et assure le lien avec les projets internationaux. Des moyens spécifiques peuvent être attribués à ces services, comme des dotations sur convention, ou des postes du Corps National des Astronomes et Physiciens.

Depuis 2008, et la LRU, les universités ont reconnu le rôle des OSUs dans le nouveau dispositif en signant une charte des OSUs (l’UCBL l’a fait le 14 décembre 2009). Un mouvement national de clarification a été engagé depuis quelques années pour élargir les OSUs à l’ensemble des disciplines couvertes par le décret de 1985.

L’Université Lyon 1 vient d’accompagner ce mouvement. Le Conseil d’Administration de notre université vient en effet de voter les nouveaux statuts de l’Observatoire de Lyon, qui permettent son élargissement, et la liste des unités faisant partie du nouvel OSU : le Centre de Recherche Astrophysique de Lyon et le Laboratoire de Géologie de Lyon : Terre, Planètes, Environnement.

Comme conséquence de cet élargissement, le Département des Sciences de la Terre rentre aussi dans le nouvel OSU.

Le nouvel Observatoire de Lyon sera donc un ensemble d’environ 200 personnes (titulaires, CDD et étudiants en thèse), établi sur deux sites (Saint Genis laval et le bâtiment Géode à la Doua), avec une antenne importante à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, à Gerland.

Le CRAL et le LGL sont liés par des collaborations scientifiques et pédagogiques, notamment sur la formation des planètes, et sont engagés activement dans la diffusion de la culture scientifique et technique. Entre autres projets, le CRAL achève actuellement le spectrographe MUSE pour le Very Large Telescope de l’ESO, et s’engagera l’année prochaine dans une contribution au spectrographe HARMONI pour le futur Extremely Large Telescope. Le LGL a des plateformes nationales de mesure : ICP-MS analyses chimiques et isotopiques, Spectroscopie Raman.

Les deux laboratoires participent, avec l’Institut de Physique Nucléaire de Lyon, et le Laboratoire des Matériaux Avancés, au Labex LIO (Institut Lyonnais des Origines).

L’élection du nouveau Conseil de composante aura lieu le 21 mars..

 

 

Dans la même rubrique